samedi 2 janvier 2016

Chypre : le président chypriote-turc a reçu des chrétiens maronites

Akıncı received Maronites from Gürpınar
December 30, 2015

President Mustafa Akıncı received a group of Maronites from Gürpınar yesterday. President Akıncı celebrated the new year of Maronites and wished a more peaceful year for all Cypriots in 2016. Maronites also celebrated Akıncı’s New Year, and they wished success.
Source : http://mfa.gov.ct.tr/akinci-received-maronites-from-gurpinar/

vendredi 27 novembre 2015

Pétrole de l'EI : les Etats-Unis sanctionnent le chrétien syrien George Haswani

Les Etats-Unis sanctionnent un représentant syrien pour achat de pétrole à l'EI

Économie Actualité économique

Par AFP , publié le 25/11/2015 à 19:06 , mis à jour à 23:09

Washington - Les Etats-Unis ont annoncé mercredi des sanctions financières contre plusieurs entreprises et individus syriens et russes dont un intermédiaire syrien du gouvernement Assad pour l'achat de pétrole en provenance de l'EI, selon un communiqué du Trésor.


"En réponse à la violence continue exercée par le régime de Bachar al-Assad à l'encontre de ses citoyens", le département du Trésor sanctionne quatre individus et six entreprises "apportant un soutien au gouvernement de Syrie, dont un intermédiaire pour l'achat de pétrole par le régime syrien au groupe Etat islamique", indique le communiqué. 

George Haswani, un homme d'affaires syrien, et son entreprise HESCO, qui maintient des installations de production d'énergie en Syrie dans des territoires contrôlés par l'EI, sont accusés d'avoir acheté du pétrole au groupe Etat Islamique pour le compte de l'Etat syrien. L'Union européenne avait déjà placé cet individu sur sa liste noire en mars dernier.

Les sanctions américaines touchent également un riche homme d'affaires russe Kirsan Ilioumjinov, président de la fédération mondiale de jeux d'échecs, accusé d'avoir soutenu financièrement le régime syrien. 

Washington affirme qu'il est impliqué dans des relations financières au profit du gouvernement syrien, avec Mudalal Khuri, un autre homme d'affaires également placé sur la liste noire avec cinq de ses sociétés.

M. Ilioumjinov a réagi mercredi sur la chaîne de télévision Rossiya 24, affirmant que ces sanctions étaient "une provocation". Il a affirmé à l'agence de presse russe Interfax qu'il n'avait pas d'intérêts financiers en Syrie et qu'il se rendrait la semaine prochaine aux Etats-Unis pour "éclaircir" la situation.

"Dans le monde des échecs, il n'y a pas de politique, nous faisons la publicité de notre sport auprès de tous et nous parlons avec tous", a-t-il ajouté auprès de l'agence russe R-Sport justifiant ainsi être souvent en Syrie.

Au terme de ces sanctions américaines, les éventuels avoirs de ces individus aux Etats-Unis sont gelés, et toute société ou ressortissant américains a pour interdiction de commercer avec eux.

"Le gouvernement syrien est responsable de violences et brutalités envers son propre peuple. Les Etats-Unis continueront de cibler les finances de tous ceux qui permettent à Assad de continuer à infliger cette violence au peuple syrien", a déclaré le sous-secrétaire américain au Trésor en charge de la lutte contre le terrorisme.

Ces sanctions visent à asphyxier les finances du groupe Etat Islamique considéré par les Etats-Unis comme étant l'organisation terroriste la mieux financée du monde pour l'empêcher d'administrer les territoires qu'elle contrôle en Syrie et en Irak.

Le pétrole extrait des champs d'exploitation en Syrie et en Irak et traité dans des raffineries saisies est revendu à prix réduit au marché noir.

L'intensification récente des frappes militaires, menées notamment par la France, a visé des sites et des convois d'hydrocarbures en Syrie.
Source : http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/les-etats-unis-sanctionnent-un-representant-syrien-pour-l-achat-de-petrole-a-l-ei_1739569.html

A noter que George Haswani possède également la nationalité russe :

"On Wednesday, the Treasury accused a Syrian-born businessman, George Haswani, who his a dual Syrian-Russian citizen, of using his firm, HESCO Engineering and Construction Co., for facilitating oil trades between the Assad regime and Islamic State."

Source : http://www.wsj.com/articles/u-s-says-syria-is-buying-oil-from-islamic-state-1448471418

Pour rappel : Trafics entre le régime d'Assad et l'EI (pétrole et gaz) : le rôle d'intermédiaire du chrétien syrien George Haswani

Voir également : Selon une carte, le trafic de pétrole de l'EI passe par Hassakeh (contrôlée par le PYD et Assad) et le Kurdistan irakien

Frontière turco-syrienne : les contrebandiers syriens ont de bonnes relations avec l'EI... mais aussi avec le PYD, l'ASL et le régime d'Assad

Nord-est de la Syrie : des villages chrétiens pillés par des miliciens... chrétiens

En Syrie, 87 % des massacres confessionnels sont le fait des forces du régime d'Assad

Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

Le général Daoud Rajha, un boucher chrétien-orthodoxe aux ordres de Bachar el-Assad

mercredi 21 octobre 2015

Nord-est de la Syrie : des villages chrétiens pillés par des miliciens... chrétiens

Christian militias loot Christian towns in northeastern Syria
#SyriaWar

Christian militias have turned against members of their own faith and looted several Christian villages in the northeast of the country

A Christian militiaman hoists a washing machine onto the back of a pickup truck

Martin Bader
Sunday 18 October 2015 20:58 UTC
Last update:
Monday 19 October 2015 17:23 UTC

TAL TAMER, Syria - The silver cross bounced around Sherbel’s neck as he held his Kalashnikov rifle and aimed at the window of a deserted house across the narrow alleyway.

As a member of a search team of about a dozen fighters, the Christian militiaman combed through a deserted town near the city of Tal Tamer in al-Hasaka province in northeastern Syria.
Today’s objective was to search the village for a Muslim militant, who had been left behind when the Islamic State group’s (IS) troops pulled out of the area about a week earlier.

Around 100 families used to live in the predominantly Christian town, before members of the Islamic State took control of the region in late February. The militants kidnapped more than 200 Christians and their offensive displaced thousands of civilians until Kurdish-led forces, supported by coalition and US airstrikes, pushed the group out of the area in late May.

In the scorching afternoon heat, militiamen peaked through broken windows, kicked in doors and defused booby traps. While they couldn’t find the militant they were originally looking for, they came across many other interesting things: household appliances, clothes, satellite receivers, gas bottles, televisions, and coffee machines. They took whatever they could use.

Three fighters lifted a washing machine onto the back of a waiting pickup truck. “Move over. Do you still have enough space?” one of them asked laughingly while loading a water boiler and a computer screen on the back seat. The unit’s commander sat quietly in the driver’s seat, supervising his men in the rear-view mirror.
Guardians of the Christian minority?

The looting fighters belong to the Syriac Military Council (MFS), Sutoro and the Khabour Guards. The Syriac militias, Sutoro and MFS, were founded after the outbreak of the civil war in Syria. They’re part of the Kurdish dominated Self-Administration Authority and cooperate closely with the Kurdish fighters and security services, which control the northeast of the country. While MFS is a military organisation, Sutoro’s fighters are mainly policing cities and manning checkpoints.

The Khabour Guards were a local Assyrian militia and worked exclusively in the Assyrian-populated region around Tal Tamer. Some of the guards appeared to be closely aligned with MFS; they wore the MFS emblem on their uniform and are armed by MFS. They were disbanded a few months after their commander fell victim to an assassination.

When talking to the media, the Syriac militias put great emphasis on respecting the laws of war and humanitarian values. “We don’t have a spirit of resistance, we’re secular Christians – we don’t like violence,” Ashur Abu Sarkun, the general commander of Sutoro at the time, told foreign journalists at the militia’s headquarters in the city of al-Malikiyya in al-Hasaka province last October.

Malki Rabo, Sutoro’s spokesperson, agreed. He said Sutoro was founded in late 2012 to protect the Christian minority in Syria and to rise up against the regime.

According to Rabo, the internal order of Sutoro focuses on the protection of the people, their rights and demands. However, Rabo said his militia was not guided by religious thinking: “Of course we don’t forget God, but we believe that showing mercy is more important than interfering.”

Local commanders knew about looting

Rabo supervises the transport of stolen goods in front of the Sutoro checkpoint in Tal Tamer.

Two pickups just returned from another search operation. The sidewalk in front of the checkpoint resembles a flea market. An MFS fighter, panting, carries a television into the building.


“What took you guys so long? Is this everything?” asked Abu Jemma, the base’s cook, while looking critically at the television. The question becomes irrelevant when more militiamen bring in their loot.

“I don’t know what it is, but it has something to do with oil and ISIS,” yells Maher, a Sutoro member from Qamishli city in al-Hasaka province, while raising a spanner above his head.

The militiamen carry small things like computer boards, tea sets and computer screens across the front yard, but also a washing machine, a microwave and a set of wheel caps end up in the back of a minibus, which transports the goods to the party’s warehouse.


Before the bus is allowed to leave, Rabo thoroughly searches the bags of of each fighter.

Eighty dollars per month

Several MFS and Sutoro members admitted to MEE the militias have looted on numerous occasions.

According to the fighters, most of the looting took place in the predominantly Christian towns around the Syrian city of Tal Tamer, but a militiaman also told MEE that a MFS fighter stole jewellery out of Yazidi houses around Mt Sinjar in northern Iraq.

However, not all militiamen agree with the looting. “The term ‘search operation’ is just another word for stealing and looting but that doesn’t mean it’s alright,” said a young Sutoro fighter in Tal Tamer, who asked to remain anonymous. “Why should a village be searched several times after it was liberated? It’s obvious that it’s only about money.”

The fighter explained that some militiamen need additional income in order to feed their families. The monthly salary is about $80, very little by Syrian standards.

“Many people only work with us because of the salary. The salary is a bad joke, but it’s still better than nothing. There’s no other work,” said Fadi Khorye, a Sutoro member from Derik. He also stressed that not every militiaman was involved in the looting.

“Just as the fingers of a hand are different from each other, the members of Sutoro are. The reputation of our organisation will now suffer from their actions, and I hope that the culprits will be held accountable.”

Leadership turns a blind eye on violations


Confronted with MEE’s findings, Kino Gabriel, MFS spokesperson, said an internal committee had been formed in order to investigate the events. According to Kino, any possible wrongdoings could only be attributed to a few isolated individuals.

“MFS is committed to the values of the Syriac and Christian people. What happened contradicts the values and principles, which we defend, in which we believe and according to which we were raised.”

A day later, the Sutoro and MFS leadership rebuked all accusations in a joint press statement.

A Sutoro commander with knowledge of the internal investigations confirmed to MEE that Sutoro and MFS militiamen looted in several villages in the Tal Tamer area. For security reasons he asked to remain anonymous.

While the commander confirmed that Christian homes were looted, he said the vast majority of the looting took place in houses of Arab ISIS collaborators. However, according to the commander, the militia’s leadership would never publicly acknowledge any looting.

“If we admit publicly that we looted, we’ll be held responsible for all the looting. We don’t want to be held accountable for the violations committed by YPG and ISIS.”


The commander said that he’s not concerned that by looting the homes of alleged ISIS collaborators, the fighters might have committed a war crime.

“Honestly, if it was up to me they might as well spray ‘F**k ISIS’ on their walls and burn their houses down.”
Source : http://www.middleeasteye.net/news/christian-militias-loot-christian-towns-northeastern-syria-1259013833

Voir également : En Syrie, 87 % des massacres confessionnels sont le fait des forces du régime d'Assad

Trafics entre le régime d'Assad et l'EI (pétrole et gaz) : le rôle d'intermédiaire du chrétien syrien George Haswani

Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

Alain Juppé critique le soutien criminel des chrétiens de Syrie à la dictature sanguinaire d'Assad

Le général Daoud Rajha, un boucher chrétien-orthodoxe aux ordres de Bachar el-Assad

"Génocide" des chrétiens d'Irak : les mots ont un sens précis

mercredi 9 septembre 2015

samedi 27 juin 2015

Paris : "Israël assassin" scandé lors d'une manifestation en faveur des chrétiens d'Orient

« Israël assassin » scandé à Paris lors d’une manifestation pour les chrétiens d’Orient
Une manifestation organisée par le collectif Civitas s’est transformée en manifestation anti-Israël

Times of Israel Staff 23 juin 2015, 17:07

Samedi 20 juin, une manifestation en soutien aux chrétiens d’Orient persécutés s’est déroulée à Paris.

Ce rassemblement, qui partait de la place Saint-Augustin pour rejoindre l’ambassade d’Arabie Saoudite, était organisé par l’Institut CIVITAS.

Elle a réuni quelques centaines de personnes.

Sur son site internet, l’Institut CIVITAS se définit comme « un mouvement politique inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l’Église et regroupant des laïcs catholiques engagés dans l’instauration de la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier ».

Selon le site Médias-Presse-Info, des personnalités françaises avaient fait le déplacement, dont Jany Le Pen, la deuxième épouse de Jean-Marie Le Pen et le sénateur Bernard Seillier (RDSE).

Cette manifestation avait pour objectif de dénoncer le traitement des minorités chrétiennes en Syrie, en Irak, en Arabie saoudite et par l’Etat islamique.

Le président de CIVITAS, Alain Escada, a insisté sur la responsabilité des pays occidentaux dans le massacre des minorités chrétiennes d’Orient. Il a également souligné l’hypocrisie des hommes politiques français, de gauche comme de droite.

A l’occasion de son discours, Alain Escada a parlé d’un axe entre Washington et Israël qui voudrait « imposer un nouvel ordre mondial destructeur ».


A l’énonciation de cette phrase, des manifestants ont scandé à de multiples reprises « Israël Assassin ».

Une manifestante, Anne-Laure Joly, dans un article posté sur le site Riposte Laïque, revient sur les différents débordements qui ont eu lieu lors de la manifestation organisée par CIVITAS.

Lors de cette marche qui devait se concentrer sur les sévices subis par les chrétiens d’Orient, Anne-Laure Joly a été très choquée d’entendre des slogans à caractère antisémite.

Un groupe d’individus avait infiltré le rassemblement et criait « Israël Assassin ».

Cette dernière a essayé d’alerter les organisateurs de la manifestation, puis les policiers, sans succès.
Elle a alors décidé de quitter la manifestation.
Source : http://fr.timesofisrael.com/israel-assassin-scande-lors-dune-manifestation-a-paris-pour-les-chretiens-dorient/

L'avocat libanais Elie Hatem participait à cette manifestation : https://www.youtube.com/watch?v=hoqhVsicGfw

Ce slogan était plutôt prévisible, eu égard à l'antisémitisme virulent qui a traditionnellement cours chez les chrétiens d'Orient (Grecs-orthodoxes, Arméniens, Maronites, etc.).

Voir également : Liban : l'antisémitisme d'un évêque syriaque orthodoxe

L'antisémitisme délirant et persistant des chrétiens d'Orient

L'accusation de crime rituel : l'antisémitisme calomniateur et lourd de conséquences des chrétiens d'Orient

L'antisémitisme maronite : les cas significatifs de Neguib Azoury et de Richard Haddad

Le rôle des chrétiens d'Orient dans le terrorisme tiers-mondiste arabe

Fanatisme ordinaire des chrétiens d'Orient : les pionniers des attentats-suicides au Moyen-Orient sont... des femmes chrétiennes

En finir avec la vision idyllique du Liban chrétien

En Syrie, 87 % des massacres confessionnels sont le fait des forces du régime d'Assad

Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

Le général Daoud Rajha, un boucher chrétien-orthodoxe aux ordres de Bachar el-Assad

Trafics entre le régime d'Assad et l'EI (pétrole et gaz) : le rôle d'intermédiaire du chrétien syrien George Haswani

mercredi 17 juin 2015

En Syrie, 87 % des massacres confessionnels sont le fait des forces du régime d'Assad

Most Notable Sectarian and Ethnic Cleansing Massacre
The Society’s Holocaust
 
First: Introduction and Terminology
Over the past four years, thousands of massacres have been perpetrated in Syria. However, there are some massacres that involve certain patterns and practices where the aggressor forces don’t only kill victims by shooting them but carry out other criminal acts such as slaughtering whole families, including women, children and women, burning bodies, deforming bodies, sexual crimes, looting and burning homes. All of these crimes possess sectarian or ethnic traits.

From March 2011 until June 2013, no other party other than government forces, or its local and foreign militias, has perpetrated this kind of massacres. Government forces perpetrated 35 massacres that involved a pattern of sectarian killing. Nevertheless, other parties, such as extremist groups, armed opposition, or Kurdish self-administrated forces, have resorted to this form of primitive sectarian and ethnic violence although government forces and its allies remain the most major perpetrator as it perpetrated 87% of such crimes.

It is clear that the Syrian authority is trying to provoke the other party to commit such crimes in light of the lack of any form of accountability on the international community’s part or the Security Council’s willingness to stop these massacres which some of were perpetrated before the eyes of the Arab and international monitors’ as well as the whole world. This drove some of the opposing Syrian Sunnis to resort to extreme measures and redefine itself and the ongoing conflict based on sectarian affiliations after it entered this conflict based on political reasons.

In previous studies, we referred to the foreign militias that are fighting with the regime as “Shiite militias” given that most of its leaders and fighters are known to be affiliated to the Shiite groups which was what our friends at Amnesty International did too. Also, we referred to Daesh and An-Nussra Front as “Sunni” factions considering that most of these two factions’ fighters and leaders are Sunnis.
A small comparison between the former factions and militias on one hand and the local militias the other fighting with government forces, whether it was Shiite or Alawite, on the other hand shows that the sectarian allegiances are similar of these groups are similar to that of the Shiite militias or the Jihadist groups. However, it is not possible to describe it as sectarian due to the fact that we have no knowledge of its hierarchy and its leaders’ sectarian affiliations. Therefore, we will refer to it as “local militias” instead of Alawite or Shiite militias in this report.

full pdf report

By Syrian Network For Human Rights    2015-06-16
Source : http://sn4hr.org/blog/2015/06/16/8049/

Voir également : Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

Trafics entre le régime d'Assad et l'EI (pétrole et gaz) : le rôle d'intermédiaire du chrétien syrien George Haswani

Alain Juppé critique le soutien criminel des chrétiens de Syrie à la dictature sanguinaire d'Assad

Le général Daoud Rajha, un boucher chrétien-orthodoxe aux ordres de Bachar el-Assad

"Génocide" des chrétiens d'Irak : les mots ont un sens précis

jeudi 2 avril 2015

L'aveu de l'assistante parlementaire de Valérie Boyer : "Il y a très peu d’informations sur le sujet [du "génocide" des Assyro-Chaldéens]"

Copié-collé
30/03/2015 à 18h54
Une députée UMP pompe Wikipédia dans une proposition de loi
David Perrotin | Journaliste Rue89

Mis à jour le mercredi 1 avril 2015 à 17h05

La députée UMP Valérie Boyer semble avoir oublié le b.a.-ba du plagiat : supprimer les traces après avoir copié-collé un texte sur Internet.


Le 11 mars dernier, quinze élus de l’opposition ont déposé une proposition de loi pour que la France reconnaisse publiquement le génocide assyrien perpétré pendant la Première Guerre mondiale. Et qu’elle commémore chaque année, le 24 avril, la mémoire des victimes.

Grillée par les liens

Mais dans le document mis en ligne sur le site de l’Assemblée nationale, un élément surprenant interpelle le lecteur : pas moins de 16 liens renvoient vers des pages Wikipédia.

Les parlementaires UMP assumeraient-ils (enfin) les vertus de l’encyclopédie en ligne ? Pas vraiment.

Comme l’a souligné l’assistant parlementaire EELV Pierre Januel, l’exposé des motifs de ce texte législatif a été pompé sur Wikipédia. Et l’élue a oublié de supprimer les liens renvoyant vers d’autres pages du site collaboratif.


Plusieurs passages de ce texte correspondent en effet à l’entrée Génocide assyrien. On retrouve notamment ce paragraphe entier.

 « Valérie Boyer n’a pas honte de faire ça »


Contactée par Rue89, le cabinet de Valérie Boyer admet immédiatement s’être largement inspiré d’Internet. Son assistante justifie :

    « Il y a très peu d’informations sur le sujet, donc la députée a pris des parties sur Wikipédia. Mais nous avons fait vérifier les passages et les dates par Alain Cabras [maître de conférences à l’université Aix-Marseille III]. »

En réalité , Alain Cabras précise à Rue89 qu’il ne s’est pas « véritablement penché sur l’aspect historique » :

    « J’ai surtout vérifié la cohérence du texte et je me suis assuré que les propositions politiques étaient possibles. Mais je suis navré, je n’ai pas vérifié les dates. »

Le cabinet de Valérie Boyer ajoute toutefois avoir demandé l’avis de Joseph Yacoub [spécialiste des minorités ethniques et professeur à l’université catholique de Lyon] pour contrôler la véracité des précisions historiques. Son assistante confesse :

    « C’est vrai que nous aurions pu réécrire le texte, mais bon... Valérie Boyer n’a pas honte de faire ça puisqu’il n’y a pas beaucoup d’informations sur le sujet. »


Une autre bourde après un copié-collé

En fouillant un peu ses autres textes déposés à l’Assemblée, nous n’avons pas trouvé d’autres plagiats. Mais sur sa réserve parlementaire, une mention (également repérée par un twittos) pourrait être aussi le résultat d’un malheureux copié-collé.

Comme pour tous les députés, la liste détaillée des associations ayant reçu une subvention a été publiée. Sauf que l’élue a été un peu vite puisqu’elle a oublié d’effacer le terme « cassos » (pour cas sociaux) à côté de l’ASCS Forbin, une association sportive de Marseille.

Capture d’écran de la réserve parlementaire de Valérie Boyer

Amusé, le cabinet de la députée jure que ce n’est pas un commentaire désobligeant pour qualifier l’ASCS Forbin :

    « Nous ne sommes pas fous, nous n’aurions pas laissé un tel commentaire. »

Pas de chance pour Valérie Boyer, nous avons réussi à joindre un responsable de l’ASC Forbin. S’il ne se montre pas choqué par ce qualificatif, il confirme toutefois nos doutes :

    « Non, notre association c’est Forbin, pas “cassos”. Je ne sais pas pourquoi il y a ce nom. Peut-être parce qu’à Marseille, on emploie souvent ce mot pour parler des jeunes en difficulté. »

Très remonté, le cabinet de la députée a rappelé Rue89 ce mardi pour demander une modification.

Le président de l’ASCS Forbin et la députée assurent que « cassos » est un collectif rattaché à l’association. Mais ils n’ont aucun document pour le prouver. Seul un compte Facebook existe avec des posts parfois très... sulfureux (voir ci-contre).
Source : http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/30/deputee-ump-pompe-wikipedia-proposition-loi-258444

Sur cette question, on lira plutôt : Deux criminels de guerre assyro-chaldéens de la Première Guerre mondiale : le patriarche Mar Shimoun et le "général" Agha Petros

Le massacre des Kurdes par les Arméniens et Assyriens

Les violences durant la désagrégation de l'Empire ottoman, selon l'historien allemand Christian Gerlach

La culpabilité des Assyro-Chaldéens dans la répression coloniale contre les Kurdes

Voir également : Le "modèle" répressif arménien et dachnak importé en France par Valérie Boyer

Le Conseil constitutionnel repousse les ingérences liberticides d'un ethno-nationalisme étranger en France

Réserve parlementaire et clientélisme : les sommes pour l'année 2014