mercredi 21 décembre 2011

L'antisémitisme maronite : les cas significatifs de Neguib Azoury et de Richard Haddad

Leslie Stein, The hope fulfilled : the rise of modern Israel, Westport, Praeger, 2003, p. 110 :

"Au moment de sa sortie, le livre d'Azoury [Le réveil de la nation arabe dans l'Asie turque], écrit en français et publié à Paris, n'attira guère l'attention et fit peu, voire aucune vague. Il servit simplement de marqueur, montrant la manière dont les futurs nationalistes arabes verraient le problème. Ce qui est digne d'intérêt est le fait qu'Azoury était un farouche antisémite, qui annonçait l'écriture d'un livre exposant le "péril juif" pour le monde entier. A cet égard, il n'était pas typique des autres Arabes antisionistes des débuts, qui étaient prêts à faire une distinction entre sionisme et judaïsme."

Alice Kaplan, Intelligence avec l'ennemi. Le procès Brasillach, Paris, Gallimard, 2001, p. 296, note 10 :

"Richard Haddad, fondateur des Editions Godefroy de Bouillon, est un chrétien libanais de trente ans dont la carrière précoce a été marquée, entre autres, par la réédition, à Beyrouth d'un classique de l'antisémitisme datant de l'époque de Dreyfus, La France juive de Drumont. Proche de la rédaction de Présent, la branche catholique du Front national, il a été critiqué par certains membres du Front en raison de ses origines arabes. Il s'est récemment éloigné du Front national. Entretien avec Pierre-André Taguieff, juin 1998."

Voir également : Le rôle déterminant des chrétiens d'Orient dans l'émergence d'un nationalisme arabe séparatiste et xénophobe

L'accusation de crime rituel : l'antisémitisme calomniateur et lourd de conséquences des chrétiens d'Orient

En finir avec la vision idyllique du Liban chrétien