mercredi 4 janvier 2012

Le prétendu génocide des chrétiens du Liban durant la Première Guerre mondiale

Nicola Migliorino, "Le (ré)-établissement des institutions arméniennes au Liban et en Syrie : les réfugiés et l'Etat", in Les Arméniens, 1917-1939 : la quête d'un refuge (ouv. col.), Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2007, p. 103-104 :

"Les catastrophes naturelles et le blocus contre la côte libanaise depuis 1915 ont eu des effets désastreux sur la population entière de la Grande Syrie : famine et maladie ont tué 150 000 à 500 000 personnes pendant la période de 1915-1918. Pour la seule ville d'Alep, 35 000 personnes auraient péri, atteintes de typhus, entre août 1916 et août 1917. (...)

La famine a une origine associant un groupe de facteurs, y compris la sécheresse, le fléau des sauterelles et le blocus naval de la côte libanaise entrepris par l'Entente."

Frank Peter, Les entrepreneurs de Damas : nations, impérialisme et industrialisation, Paris, L'Harmattan, 2010, p. 142, note 2 : 

"Schilcher, « Famine of 1915-1918 », p. 232 sq., insiste sur l'effet négatif qu'a eu le blocus des navires anglais et français sur le ravitaillement."

Voir également : La place des chrétiens d'Orient dans les révolutions jeune-turque et kémaliste

Cemal Paşa (Djemal Pacha), figure majeure de l'arménophilie turque

Les conséquences néfastes de l'instrumentalisation des chrétiens d'Orient par les grandes puissances

Les chrétiens d'Orient : victimes ou massacreurs ?

En finir avec la vision idyllique du Liban chrétien