samedi 27 juin 2015

Paris : "Israël assassin" scandé lors d'une manifestation en faveur des chrétiens d'Orient

« Israël assassin » scandé à Paris lors d’une manifestation pour les chrétiens d’Orient
Une manifestation organisée par le collectif Civitas s’est transformée en manifestation anti-Israël

Times of Israel Staff 23 juin 2015, 17:07

Samedi 20 juin, une manifestation en soutien aux chrétiens d’Orient persécutés s’est déroulée à Paris.

Ce rassemblement, qui partait de la place Saint-Augustin pour rejoindre l’ambassade d’Arabie Saoudite, était organisé par l’Institut CIVITAS.

Elle a réuni quelques centaines de personnes.

Sur son site internet, l’Institut CIVITAS se définit comme « un mouvement politique inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l’Église et regroupant des laïcs catholiques engagés dans l’instauration de la Royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier ».

Selon le site Médias-Presse-Info, des personnalités françaises avaient fait le déplacement, dont Jany Le Pen, la deuxième épouse de Jean-Marie Le Pen et le sénateur Bernard Seillier (RDSE).

Cette manifestation avait pour objectif de dénoncer le traitement des minorités chrétiennes en Syrie, en Irak, en Arabie saoudite et par l’Etat islamique.

Le président de CIVITAS, Alain Escada, a insisté sur la responsabilité des pays occidentaux dans le massacre des minorités chrétiennes d’Orient. Il a également souligné l’hypocrisie des hommes politiques français, de gauche comme de droite.

A l’occasion de son discours, Alain Escada a parlé d’un axe entre Washington et Israël qui voudrait « imposer un nouvel ordre mondial destructeur ».


A l’énonciation de cette phrase, des manifestants ont scandé à de multiples reprises « Israël Assassin ».

Une manifestante, Anne-Laure Joly, dans un article posté sur le site Riposte Laïque, revient sur les différents débordements qui ont eu lieu lors de la manifestation organisée par CIVITAS.

Lors de cette marche qui devait se concentrer sur les sévices subis par les chrétiens d’Orient, Anne-Laure Joly a été très choquée d’entendre des slogans à caractère antisémite.

Un groupe d’individus avait infiltré le rassemblement et criait « Israël Assassin ».

Cette dernière a essayé d’alerter les organisateurs de la manifestation, puis les policiers, sans succès.
Elle a alors décidé de quitter la manifestation.
Source : http://fr.timesofisrael.com/israel-assassin-scande-lors-dune-manifestation-a-paris-pour-les-chretiens-dorient/

L'avocat libanais Elie Hatem participait à cette manifestation : https://www.youtube.com/watch?v=hoqhVsicGfw

Ce slogan était plutôt prévisible, eu égard à l'antisémitisme virulent qui a traditionnellement cours chez les chrétiens d'Orient (Grecs-orthodoxes, Arméniens, Maronites, etc.).

Voir également : Liban : l'antisémitisme d'un évêque syriaque orthodoxe

L'antisémitisme délirant et persistant des chrétiens d'Orient

L'accusation de crime rituel : l'antisémitisme calomniateur et lourd de conséquences des chrétiens d'Orient

L'antisémitisme maronite : les cas significatifs de Neguib Azoury et de Richard Haddad

Le rôle des chrétiens d'Orient dans le terrorisme tiers-mondiste arabe

Fanatisme ordinaire des chrétiens d'Orient : les pionniers des attentats-suicides au Moyen-Orient sont... des femmes chrétiennes

En finir avec la vision idyllique du Liban chrétien

En Syrie, 87 % des massacres confessionnels sont le fait des forces du régime d'Assad

Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

Le général Daoud Rajha, un boucher chrétien-orthodoxe aux ordres de Bachar el-Assad

Trafics entre le régime d'Assad et l'EI (pétrole et gaz) : le rôle d'intermédiaire du chrétien syrien George Haswani

mercredi 17 juin 2015

En Syrie, 87 % des massacres confessionnels sont le fait des forces du régime d'Assad

Most Notable Sectarian and Ethnic Cleansing Massacre
The Society’s Holocaust
 
First: Introduction and Terminology
Over the past four years, thousands of massacres have been perpetrated in Syria. However, there are some massacres that involve certain patterns and practices where the aggressor forces don’t only kill victims by shooting them but carry out other criminal acts such as slaughtering whole families, including women, children and women, burning bodies, deforming bodies, sexual crimes, looting and burning homes. All of these crimes possess sectarian or ethnic traits.

From March 2011 until June 2013, no other party other than government forces, or its local and foreign militias, has perpetrated this kind of massacres. Government forces perpetrated 35 massacres that involved a pattern of sectarian killing. Nevertheless, other parties, such as extremist groups, armed opposition, or Kurdish self-administrated forces, have resorted to this form of primitive sectarian and ethnic violence although government forces and its allies remain the most major perpetrator as it perpetrated 87% of such crimes.

It is clear that the Syrian authority is trying to provoke the other party to commit such crimes in light of the lack of any form of accountability on the international community’s part or the Security Council’s willingness to stop these massacres which some of were perpetrated before the eyes of the Arab and international monitors’ as well as the whole world. This drove some of the opposing Syrian Sunnis to resort to extreme measures and redefine itself and the ongoing conflict based on sectarian affiliations after it entered this conflict based on political reasons.

In previous studies, we referred to the foreign militias that are fighting with the regime as “Shiite militias” given that most of its leaders and fighters are known to be affiliated to the Shiite groups which was what our friends at Amnesty International did too. Also, we referred to Daesh and An-Nussra Front as “Sunni” factions considering that most of these two factions’ fighters and leaders are Sunnis.
A small comparison between the former factions and militias on one hand and the local militias the other fighting with government forces, whether it was Shiite or Alawite, on the other hand shows that the sectarian allegiances are similar of these groups are similar to that of the Shiite militias or the Jihadist groups. However, it is not possible to describe it as sectarian due to the fact that we have no knowledge of its hierarchy and its leaders’ sectarian affiliations. Therefore, we will refer to it as “local militias” instead of Alawite or Shiite militias in this report.

full pdf report

By Syrian Network For Human Rights    2015-06-16
Source : http://sn4hr.org/blog/2015/06/16/8049/

Voir également : Qui ment sur les Arméniens de Kessab ?

Trafics entre le régime d'Assad et l'EI (pétrole et gaz) : le rôle d'intermédiaire du chrétien syrien George Haswani

Alain Juppé critique le soutien criminel des chrétiens de Syrie à la dictature sanguinaire d'Assad

Le général Daoud Rajha, un boucher chrétien-orthodoxe aux ordres de Bachar el-Assad

"Génocide" des chrétiens d'Irak : les mots ont un sens précis